Cette enquête serait aussi liée à la plainte déposée par Marion Larat, une jeune femme de 25 ans. La pilule contraceptive Méliane des laboratoires Bayer est l’objet de la plainte qui a été initialement déposée auprès du parquet de Bobigny dont dépend le siège de l’ANSM. Le Directeur de l’ANSM serait également visé. La jeune femme serait handicapée à 65 % à la suite de l’accident vasculaire survenu après la prise de la pilule. La plainte porte sur « l’atteinte involontaire à l’intégrité de la personne humaine ». L’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) a été chargé de réaliser l’enquête. Diane 35 un médicament contre l’acné fabriqué par Bayer, mais prescrit comme contraceptif fait aussi l’objet d’une plainte. Aux États-Unis, le laboratoire fait déjà l’objet de plusieurs actions en justice.

 

Des plaintes et des critiques

 

Cette enquête marque un nouveau tournant dans les démarches judiciaires sur les pilules contraceptives. Les plaintes portent sur quatorze pilules contraceptives de troisième génération de marques différentes. Elles relayent les critiques et les nombreuses alertes lancées dans le passé par l’ANSM. Ces alertes portent sur les risques thrombo-emboliques liés à la prise de ces pilules. Leur utilisation en second recours a été même préconisée par l’Agence. La ministre de la Santé Marisol Touraine a déjà annoncé que ces pilules seront plus remboursées à partir du 31 mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *